• Présentation

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Les membres de l’axe « Histoire des formes spectaculaires » mènent des recherche dans les domaines du théâtre, de l’opéra et des pratiques hybrides (formes transartistiques de théâtralité, design et robotique, formes collaboratives et augmentées).
    Ils portent une attention particulière aux liens entre création, émotions et technologies et s’attachent aux pratiques spectaculaires dans leurs contextes d’émergence, de fabrication, de réception et de médiation.
    Sensibles aux formes multiples de l’écriture et de la trace et à la diversité de leurs supports (papier, audiovisuel, objets, web…), ils investissent et croisent des fonds d’archives variés (manuscrits et éditions, partitions, maquettes, costumes, iconographie, documents administratifs, presse…), et s’efforcent d’en constituer de nouveaux (archives orales ou professionnelles).
    Ils se préoccupent des transferts multiples dont le spectacle est le creuset : adaptations textuelles ou transgénériques, traductions, hybridations critiques, gamedoc.
    L’histoire qu’ils construisent, centrée sur les XIXe, XXe et XXIe siècles, est celle du passé aussi bien que du présent, des créateurs autant que des spectateurs. 
    C’est pourquoi ils se sont réunis autour d’un projet de séminaire commun : Histoire du spectateur.
     
    Responsable : Isabelle Moindrot
    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page