Vous êtes ici : Accueil > Membres permanents > Céline FRIGAU MANNING (MCF)
  • Céline FRIGAU MANNING (MCF)

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte

  • Céline FRIGAU MANNING

    Maître de conférences en études théâtrales et italiennes

    Membre junior de l’Institut Universitaire de France

     

    Ancienne élève de l’Ecole normale Supérieure de la rue d’Ulm (A/L 2001-2006) Agrégée d’italien (2004)

    collaborativeDocteure en histoire du spectacle et en études italiennes de l’Université Paris 8 et de l’Université de Florence (2009)

    Ancienne pensionnaire à la Villa Médicis (2011)

     

    Membre du Conseil Académique de l’Université Paris Lumières

    Chargée de mission Jeunes chercheurs auprès du LABEX Arts-H2H

    Membre titulaire de l’EA 1573 Scènes du monde, Création, Savoirs critiques, axe « Histoire des formes spectaculaires : théâtre, opéra, pratiques hybrides »

    Membre associé de l’EA 4385 Laboratoire d’Études Romanes, Université Paris 8.

    Membre associé du groupe de recherches Penser la traduction, EA 1569 Transferts critiques et Dynamiques des Savoirs, Université Paris 8.

    Membre du comité de rédaction de la revue Laboratoire italien 

    Membre du comité de lecture de la revue Transalpina

    Fondatrice et coordinatrice du collectif de traduction théâtrale La langue du bourricot

     

    E-mail : cfrigau@univ-paris8.fr

    CV, travaux et documents en ligne

     

    Ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, reçue seconde à l’agrégation d’italien en 2004, Céline Frigau Manning est maître de conférences en études théâtrales et italiennes depuis 2011 à l’Université Paris 8, membre junior de l’Institut Universitaire de France depuis 2015.

    Elle est membre du Conseil Académique de l’Université Paris Lumières, et chargée de mission Jeunes chercheurs auprès du LABEX Arts-H2H.

    Membre du comité consultatif du département d’études théâtrales, elle est également co-responsable de la section italien du Master LISH Traduction et Interprétation, et coordinatrice Erasmus du département d’études italiennes.

     

    Céline Frigau Manning a soutenu sa thèse de doctorat en histoire du spectacle et de la musique (Pratiques scéniques de chanteurs et regards de spectateurs au Théâtre-Italien, 1815-1848) sous la direction conjointe de Françoise Decroisette et de Fiamma Nicolodi, en cotutelle à l’Université Paris 8 et à l’Université de Florence. Sa thèse a été qualifiée dans les sections 18 (Arts), 14 (Langues romanes) et 10 (Littérature comparée).

    Elle a été professeure invitée à l’Université de Bari en 2016, à Rutgers University (USA) et à l’Université de Rome-La Sapienza en 2015, et à l’Université de Naples-L’Orientale en 2013. Elle a également enseigné à l’École normale d’Ulm, à l’Université d’Évry-Val d’Essonne et à Northwestern University.

    Chargée de recherche documentaire à la BnF (Bibliothèque-musée de l’Opéra) de 2006 à 2011, elle a été en 2011 pensionnaire à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis. 

    DOMAINES DE RECHERCHE

    Théâtre et opéra XIXe-XXIe siècles – Opéra et médecine – Musique, théâtre et sciences – Histoire et esthétique des spectacles – Jeu de l’acteur – Théorie de la réception – Traduction théâtrale

     

    Céline Frigau Manning est spécialiste de l’histoire et de l’esthétique du théâtre et de l’opéra depuis le XIXe siècle. Après plusieurs années consacrées à l’étude des pratiques scéniques des chanteurs et de leur réception au Théâtre-Italien à l’époque romantique (qui ont abouti à la publication en 2014 du livre Chanteurs en scène. L’œil du spectateur au Théâtre-Italien (1815-1848) chez Honoré Champion), elle se consacre désormais à articuler les questions esthétiques et historiques, propres à la scène lyrique du xixe siècle, avec le bouleversement des cadres de pensée induits par les sciences, médicales en particulier, et les nouvelles technologies du temps.

    D’abord centré sur les circulations entre l’Italie et la France, son champ de recherche s’est élargi au Royaume-Uni, avec des incursions vers les États-Unis. Attachée à des sources peu pratiquées par l’histoire de l’opéra, sa démarche est ancrée dans une analyse interdisciplinaire du spectacle comme système productif, et dans une attention à l’acteur dans sa dimension corporelle, à la fois performative et médiatique.

    Ces questionnements s’enrichissent en parallèle d’une réflexion sur la scène contemporaine, notamment par la traduction et la publication de pièces inédites de Matteo Bacchini, Emma Dante ou Antonio Moresco, au sein du collectif de traduction théâtrale La langue du bourricot qu’elle a fondé en 2012.

     

    DIRECTION DE PROJETS

    1) 2015-2020, Institut Universitaire de France : Clinique du chanteur. Opéra et médecine au XIXe siècle (porteur : Céline Frigau Manning)

    Équipes d’accueil impliquées : EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 4385 Laboratoire d’Études Romanes.

    Partenaires : UMR 5206 Triangle/ENS de Lyon, Maison de l’Italie (Cité Internationale Universitaire), Columbia University.

    En préparation : un workshop international en octobre 2016, un numéro spécial de la revue Laboratoire italien à paraître en 2017, un colloque international à Columbia University en mars 2017.

     

    2) 2013-2015, Labex Arts-H2H : Traduction(s) collective(s) (porteurs : Anthony Cordingley et Céline Frigau Manning)

    Équipes d’accueil impliquées : EA 1569 Transferts critiques et Dynamiques des Savoirs, EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 4385 Laboratoire d’Études Romanes.

    Partenaires : IATIS/International Association for Translation and Intercultural Studies), BnF, CNRS, ITEM.

    - Co-organisatrice, avec Anthony Cordingley, du colloque international La traduction collaborative sous l’égide de IATIS, du 5 au 7 juin 2014.

    - Co-organisatrice, avec Marie Nadia Karsky et Claire Larsonneur, des journées d’études internationales La place du traducteur au théâtre, Université Paris 8/BnF, 7-8 juin 2013.

     

    Depuis 2012 : Collectif de traduction théâtrale La Langue du bourricot  (fondatrice et coordinatrice : Céline Frigau Manning)

    Quatre traductions publiées, dont une jouée en traduction :

    - Emma Dante, Io, Nessuno e Polifemo, trad. collectif La Langue du bourricot, Paolo Bellomo, Céline Frigau Manning et Romane Lafore(dir.), Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), à en 2016.

    - Antonio Moresco, Duetto – Duo, trad. collectif La Langue du bourricot, Céline Frigau Manning (dir.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (coll. Nouvelles Scènes), 2015. 

    - Matteo Bacchini, Au nom du peuple italien – In nome del popolo italiano, trad. collectif La Langue du bourricot, Céline Frigau Manning (dir.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (coll. Nouvelles Scènes), 2014. 

    - Sergio Longobardi, On faisait rire les mouches – Bastavamo a far ridere le mosche, trad. collectif La Langue du bourricot, Céline Frigau Manning (dir.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (coll. Nouvelles Scènes), 2013. Au Théâtre des déchargeurs du 19 mars au 16 avril 2014.

     

    3) 2015, IUF-Rennes 2-Paris 8 : La critique musicale en Italie au XXe siècle (porteurs : Céline Frigau Manning et Timothée Picard)

    Partenaires : Institut Universitaire de France, Université Rennes 2 (CELLAM EA 3206), Université Paris 8 (EA 1573, EA 4385), Maison de l’Italie (Cité Internationale Universitaire).

    Co-organisatrice de la journée d’études internationale La critique musicale en Italie au XXe siècle : formes d’écriture et politiques de la réception,

    Maison de l’Italie, 5 juin 2015.

     

    4) 2012-2014, Labex Arts-H2H : Le miroir derrière le rideau. Regards sur le métathéâtre en Italie du XVIe au XXIe siècles(porteur : Céline Frigau Manning)

    Organisatrice du colloque international Le miroir derrière le rideau. Sur le métathéâtre parlé ou chanté en Italie (XVIe– XXIe s.), en l’honneur de Françoise Decroisette, Université Paris 8, avec le soutien du Labex Arts-H2H, de l’Institut National d’Histoire de l’Art et de la Colline – Théâtre national, 8-10 novembre 2012.

    Directrice de la publication du volume collectif La scène en miroir. Métathéâtres italiens du XVIe siècle à nos jours. Études en l’honneur de Françoise Decroisette, Paris, Classiques Garnier, 2016.

    PUBLICATIONS SELECTIVES

    Ouvrages

     

    A) Monographie

     

    1. Chanteurs en scène. L’œil du spectateur au Théâtre-Italien (1815-1848), Paris, Honoré Champion, coll. Romantisme et Modernités, 2014, 828 p.

     

    Recensions : L’Avant-Scène Opéra, n° 291, 03-04/2016, et en ligne : http://www.asopera.fr/avis-chanteurs-en-scene-l-oeil-du-spectateur-au-theatre-italien-18151848-r585.htm (ouvrage « Révérence » de la Rédaction) ; Acta Fabula, vol. 16, n° 7, 11/2015, http://www.fabula.org/acta/document9516.php ; Deutsche Rossini Gesellschaft, 05/2015 ; Nuova informazione bibliografica, anno XII, n°2, 04-06/2015 ; La Lettre du musicien, 01/2015 ; Amadeus, 01/2015.

     

    B) Directions d’ouvrages collectifs

     

     

    2. Collaborative Translation : from the Renaissance to the Digital Age, avec Anthony Cordingley, London, Bloomsbury, 2016. Voir sur le site de l’éditeur

     

    3. La Scène en miroir. Métathéâtres italiens du XVIe siècle à nos jours, en l’honneur de Françoise Decroisette, Paris, Classiques Garnier, 2016. Voir sur le site de l’éditeur

     

    4.  Traduire le théâtre : une communauté d’expérience : la traduction théâtrale comme communauté d’expérience, avec Marie Nadia Karsky, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2017. Voir sur le site de l’éditeur

     

    5. Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle, numéro spécial, Laboratoire italien, n° 21, à paraître en 2017.

     

    C) Anthologie de textes commentés

     

    6. La littérature italienne du XIIIe siècle à nos jours, Paris, Pocket, 2006, 544 p. 

     

    D) Traductions d’œuvres théâtrales et littéraires

     

    1. Emma Dante, Io, Nessuno e Polifemo. Moi, Personne et Polyphème, texte bilingue, traduction collective coordonnée avec Paolo Bellomo et Romane Lafore, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2017. 

    2. Antonio Moresco, Duetto. Duo, texte bilingue, traduction collective sous ma direction, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2015. 

    3. Matteo Bacchini, In nome del popolo italiano. Au nom du peuple italien, texte bilingue, traduction collective sous ma direction, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2014. 

    4. Sergio Longobardi,  Bastavamo a far ridere le mosche. On faisait rire les mouches, texte bilingue, traduction collective sous ma direction, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2013. 

    5. Davide Reviati, État de veille [Morti di sonno], Paris, Casterman, 2011.

    6. Carlo Gozzi, Mémoires inutiles, traduction collective sous la direction de Françoise Decroisette, Paris, Baudry, 2010 (I, chap. 31, 34 ; II, chap. 25, 26, 34 à 40 : prose et poésie, en italien et en latin).

    7. Hugo Pratt : révision de la série complète des Corto Maltese, Paris, Casterman, 2011.

    8. Hugo Pratt, Les Scorpions du désert,Paris, Casterman, 2009.

    9. Hugo Pratt, Sandokan, Paris, Casterman, 2009.

    10. Hugo Pratt, Jesuit Joe,Paris, Casterman, 2008.

     

    E) Traductions d’ouvrages scientifiques

     

    1. Guido Mazzoni, Sur la poésie moderne [Sulla poesia moderna], Paris, Classiques Garnier, 2014, 258 p.

    2. Bruno Clément et Clemens-Carl Häerle (dir.), Aux confins du récit [Confini del racconto], Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2014 (6 chapitres).

     

    Articles

     

    A) Articles dans revues à comité de lecture

     

    1. « L’art de la mort volontaire. L’opéra italien et ses suicidés romantiques sur la scène parisienne du XIXe siècle », European Drama and Performance Studies, numéro spécial Le suicide en scène, dir. Noémie Courtès, n° 7, 2016, p. 157-170.

    2. « Saisir le geste du chanteur d’opéra : nouveaux enjeux pour l’histoire du théâtre », Revue de la Société d’Histoire du Théâtre, numéro spécial Les oublis de l’histoire du théâtre, dir. Marion Denizot, n° 270, 2e trimestre 2016, p. 101-114.

    3. « La couleur italienne de Shakespeare. Sept opéras venus de la péninsule sur les scènes françaises (1812-1894) », European Drama and Performance Studies, numéro spécial Shakespeare sur la scène française hier et aujourd’hui, John Golder (dir.), n° 6, 2016, p. 129-143.

    4. « Phrenologizing opera singers. The scientific “proofs” of musical genius », Nineteenth-Century Music, numéro spécial Music and Science, Sarah Hibberd (dir.), vol. 39, n° 2, Fall 2015, p. 125-141.

    5. « Traduire en collectif le théâtre italien contemporain. Les enjeux politiques de La Langue du bourricot », avec Paolo Bellomo, Laboratoire italien, numéro spécial Traductions politiques,Jean-Claude Zancarini (dir.), n° 16, 2015.

    6.  « “La petite chose avec Molière” : Strauss et la tradition métathéâtrale », avec Timothée Picard, Avant-Scène Opéra. Ariane à Naxos, n° 282, 2014, p. 112-119.

    7. « La leçon tragique d’Antonio Morrocchesi », Cahiers d’études italiennes Filigrana, n° 19, 2014, numéro dirigé par Patrizia De Capitani, Idées et formes du tragique dans la société et la culture italiennes de l’humanisme à la fin de l’époque moderne, p. 215-229.

    8. « Une panthère sur la scène romantique : Maria Malibran dans l’Otello de Rossini », Avant-Scène Opéra. Otello, n° 278, 2014, p. 72-77.

    9. « L’attore-traduttore tra controsensi e nobiltà. Recitare i ruoli di Don Giovanni e del Conte Almaviva al Théâtre-Italien (1810-1830) », Acting Archives Review, anno III, n° 5 – Maggio 2013, p. 53-63.

    10. « Singer-Machines. Describing Italian Singers (1800-1850) », Opera Quarterly, vol. 28, n°3-4, 2012, p. 230-258.

    11. « Cantanti-attori del Théâtre-Italien : riperimento, catalogazione e trattamento delle fonti della Bibliothèque-musée de l’Opéra (Paris) », Schifanoia, vol. 42/43, 2012, p. 89-90.

    12. « Le Falstaff de M. Maggioni and M. Balfe : façonner un opéra italien pour un public anglais », Revue LISA/LISA e-journal, vol. IX, N°2, 2011, p. 23-40.

    13. « Une histoire de la réception de La donna del lago au Théâtre-Italien de 1824 à 1848 », in La Donna del lago de Rossini au cœur du romantisme européen, B. Didier et E. Reibel (dir.), Revue Silène, 2011.

    14. « Un Bolonais à Paris. Domenico Ferri peintre-décorateur du Théâtre-Italien », Schweizer Jahrbuch für Musikwissenschaft, vol. 28/29, 2010, p. 115-149.

    15. « Escan d’Italia i barbari. Vico Bentivoglio. L’ultimo libretto di Francesco Maria Piave », Chroniques italiennes, N°77/78, spécial opéra dirigé par Gilles De Van, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 127-150.

     

    À paraître :

     

    16. « Le gai traduire. Histoire(s) d’un collectif de traduction théâtrale à l’Université Paris 8, La main de Thôt, numéro spécial sur la traduction théâtrale collective, dir. Antonella Capra et Catherine Mazellier- Lajarrige, à paraître en 2017.

    17. « Les divas dans les rues : récits de performances improvisées ou imposées », Revue ReCHERches, numéro dirigé parMyriam Chopin-Pagotto et Francesco D’Antonio, Théâtralisation de l’espace urbain, à paraître en 2017.

     

    B) Chapitres d’ouvrages collectifs

     

    18. « Pacini, Antonio (Francesco Gaetano Saverio) », in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma, Treccani, vol. 80, 2014.

    19. « Staging and Acting Without a Director : Expressive Gestures at the Paris Théâtre-Italien (1815-1848) », inEdith Keller, Laura Moeckli, Florian Reichert, Stefan Saborowski et Anette Schaffer (dir.), Sänger als Schauspieler. Zur Opernpraxis in Text, Bild und Musik, Schliengen, Argus, 2014, p. 87-110.

    20. « Playing With Excess. Maria Malibran as Clari at the Théâtre-Italien », inSarah Hibberd et Richard Wrigley (dir.), Art, Theatre, and Opera in Paris, 1750-1850, Farnham, Ashgate, 2014, p. 203-221.

    21. « Shakespeariennes. Harriet Smithson et Maria Malibran en scène au Théâtre-Anglais et à l’Opéra-Italien (1827-1831) », in Yves-Michel Ergal et Michèle Fink (dir.), Littérature comparée et correspondance des arts, Strasbourg, PUS, 2014, p. 25-40.

    22. « Adelaide Ristori, bandiera di pace du Risorgimento ? Le public parisien face à Francesca da Rimini et Pia de’ Tolomei », in Françoise Decroisette (dir.), L’Histoire derrière le rideau. Écritures scéniques des luttes du Risorgimento, Rennes, PUR, 2013, p. 199-214.

    23. « Prima la musica, poi le immagini. Il Favorito e l’Inganno aux origines du clip de musique classique », avec Nicholas Manning, in Marcello Smarelli (dir.), Teatro delle Esposizioni #2, Rome, Académie de France à Rome, 2012, p. 113-122.

    24. « Une ‘tragédie travestie’ ? Semiramide tragique ou comique sur les scènes parisiennes (1811-1848) », in Camillo Faverzani (dir.), Tragédie et opéra, Saint-Denis, Travaux et documents,2012, p. 143-153.

    25. « Recitar parlando dansIl Califfo di Bagdad de Manuel Garcìa : “Et pour la première fois, sur le théâtre Italien, on a entendu parler” », in Aude Locatelli (dir.), Musique et littérature. Rencontres Sainte Cécile, Aix-en-Provence, PUP, 2011, p. 164-182. Également paru sur Littemu (Université de Provence).

    26. « Maria Malibran », in Beatrice Alfonzetti et Silvia Tatti (dir.), Vite per l’Unità. Artisti e scrittori del Risorgimento civile,Roma, Donzelli, 2011, p. 149-165.

    27. « Écriture, édition, traductions à lire et à chanter : les activités multiples de Manfredo Maggioni, staff librettist à Londres », inFrançoise Decroisette (dir.), Le livret d’opéra, œuvre littéraire ?, Saint-Denis, PUV, coll. « Théâtres du monde », 2011, p. 87-124.

    28. « Assisa a’ piè d’un salice. La Desdemona di Rossini secondo Giuditta, Maria ed altre attrici », inPiero Mioli (dir.), Malibran. Storia e leggenda, Bologna, Pàtron, 2010, p. 309-319.

     

    À paraître :

     

    29. « Opera, Hypnosis, and Auto-Suggestion : A Singer’s Theory of Identification », in David Tripett et Benjamin Walton (dir.), Nineteenth-century Opera and the Scientific Imagination, Cambridge, Cambridge UniversityPress, à paraître en 2017.

    30. « “Ces exceptions humaines”. Physiognomonie, phrénologie et vedettariat théâtral autour de 1830-1840 », in Florence Filippi, Sara Harvey et Sophie Marchand, Le sacre de l’acteur, Armand Colin, à paraître en 2017.

    31. « Le métaopéra italien comme moteur d’« acclimatation ». Esprit, gaieté, satire sur la scène parisienne du premier xixe siècle », La Scène en miroir. Métathéâtres italiens du XVIe siècle à nos jours, en l’honneur de Françoise Decroisette, dir. Céline Frigau Manning, Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2017.

    32. « “La manière anglaise” : convulsions et ventre à terre sur la scène lyrique », inÉtienne Jardin (dir.), Influences anglaises sur le romantisme musical français, en ligne : Bru Zane Mediabase. Ressources numériques autour de la musique romantique française, http://bruzanemediabase.com/, à paraître en 2017.

    33. « Intelligence et intelligibilité. L’acteur verdien et l’acteur wagnérien en quête du geste révélateur », in Jean-François Candoni, Hervé Lacombe, Timothée Picard et Giovanna Sparacello (dir.), Verdi/Wagner : images croisées, Rennes, PUR, à paraître en 2017.

    34. « “Le peuple dilettante”. Mythes et représentations d’un du premier XIXe siècle », Les scènes musicales et leurs publics en France, dir. Caroline Giron-Panel, Solveig Serre, Jean-Claude Yon, Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2017.

    35. « Le petit théâtre de la Bohème. Lieux et personnages entre performativité et auto-représentation », in Ségolène Le Men et Sylvain Amic (dir.), Mythe, fortune et infortune de la Bohème, actes du colloque au Grand Palais, à paraître en 2017.

    36. « Brisons les fers de l’Italie ! Rhétorique du pathos et de la mémoire dans les chansons françaises de la campagne de 1859 », inDamien Colas et Alessandro Di Profio (dir.), Suona la tromba. La musique en France et en Italie à l’époque du Risorgimento, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, à paraître en 2017.

    37. « Rire et faire rire alla napoletana. “Naturalisation” des artistes napolitains et italianisation du public parisien entre 1806 et 1815 », in Damien Colas et Alessandro Di Profio, Naples-Paris, la musique sous la décennie française (1805-1816), Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, à paraître en 2017.

     

    C) Introductions et préfaces

     

    38. « Traduire Emma Dante. Langues imaginaires et imaginaire de la langue », Paolo Bellomo et Romane Lafore, Emma Dante,Io, Nessuno e Polifemo. Moi, Personne et Polyphème, trad. La Langue du bourricot, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2017.

    39. « What is Collaborative Translation ? », avec Anthony Cordingley, Collaborative Translation : from the Renaissance to the Digital Age, Céline Frigau Manning et Anthony Cordingley (dir.), London, Bloomsbury, 2016.

    40. « Introduction », avec Marie Nadia Karsky, Traduire le théâtre : une communauté d’expérience, Céline Frigau Manning et Marie Nadia Karsky (dir.), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, à paraître en 2017.

    41. « Introduction », La Scène en miroir. Métathéâtres italiens du XVIe siècle à nos jours. Études en l’honneur de Françoise Decroisette, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 7-16.

    42. « Dans le ventre du théâtre. / Nel ventre del teatro », avec Paolo Bellomo et Paolo Taccardo, Duetto / Duo, trad. La Langue du bourricot, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2015, p. 9-39.

    43. « Introduction », avec Paolo Bellomo et Romane Lafore : Matteo Bacchini, In nome del popolo italiano / Au nom du peuple italien, trad. La Langue du bourricot, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes), 2014, p. 9-23.

    44. « Introduction », Tiziano Scarpa, L’ultima casa / La dernière demeure, trad. Jean Nimis, PUM (collection Nouvelles Scènes), 2014, p. 9-20.

    45. « Préface », Sergio Longobardi, Bastavamo a far ridere le mosche / On faisait rire les mouches, trad. La Langue du bourricot, Toulouse, PUM (coll. Nouvelles Scènes Italien), 2013, p. 9-14. 

     

    D) Recensions et articles dans d’autres revues scientifiques

     

    46. Recension : Emmanuel Reibel, Comment la musique est devenue « romantique ». De Rousseau à Berlioz, Paris : Fayard, coll. “Les chemins de la musique”, 2013, Music & Letters, vol. 96, n° 4, Nov. 2016, p. 664-666.

    47. Recension : Paolo Mechelli, I fili della scena. Alessandro Lanari : il carteggio con impresari e delegati (1820-1830) », Il Saggiatore musicale. Rivista semestrale di musicologia, Anno XIX, 2012, n° 2, p. 296-299.

    48. « Kochno et Ferri à la BMO », avec Pierre Vidal, Chroniques de la BnF, n°58, avril-juin 2011, p. 21.

    49. « Recitar parlando dansIl Califfo di Bagdad de Manuel Garcìa : “Et pour la première fois, sur le théâtre Italien, on a entendu parler” », Littemu, 2008, URL : http://publications.univ-provence.fr/littemu/index171.html

    50. « Signes divins, prodiges et effets spéciaux dans le Moïse de Rossini. Autour de trois livrets de scène du XIXe siècle », Littemu, 2007.

     

    COMMUNICATIONS ET CONFÉRENCES INVITÉES

    Voir CV détaillé en fichier Pdf

     

    DIRECTION DE THÈSES

    Paolo Bellomo (inscrit depuis 2014 en codirection avec Tiphaine Samoyault, Université Paris 3) : La traduction à l’épreuve de l’imitation.

     

    ENSEIGNEMENT

    L1  : Introduction aux théâtres baroques.

    L1 : Traduction.

    L2 : Introduction à la critique dramatique.

    L2 : Figures de l’acteur et des acteurs dans les théâtres des XIXe – XXe siècles

    L3  : Conception – élaboration d’un mémoire.

    Master théâtre : Opéra et mise en scène.

    Master théâtre et Master Traduction : Traduire le théâtre.

    Master théâtre et CAI : Mémoire et transferts culturels.

    Master théâtre : Lieux et matériaux de la recherche.

     

    PDF - 321.9 ko
    English CV
    PDF - 348.7 ko
    CV Français

     

     

     

     

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page