Vous êtes ici : Accueil > Membres permanents > Martial Poirson (PR)
  • Martial Poirson (PR)

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Martial POIRSON
    Professeur d’études théâtrales
    Co-directeur du département Théâtre de l’UFR Arts
    Axe Politique et socio-économie des arts et de la culture
     
    Téléphone : 06 63 71 73 51
     

     

    Ancien élève de l’École Normale Supérieure (Fontenay-Saint Cloud) en lettres modernes et sciences sociales, reçu second à l’agrégation de sciences économiques et sociales, Martial Poirson soutient son doctorat (Comédie et économie à l’âge classique) à l’Université Paris 10-Nanterre (2004), puis son habilitation à diriger des recherches (Politique de la représentation, XVII-XXIe siècles) à l’Université Paris Ouest-Nanterre (2011). Maître de conférences (2005) puis professeur de littérature française du XVIIIe siècle (2012) à l’Université Grenoble-Alpes, il participe à la création du département Arts du spectacle, avant de diriger l’antenne grenobloise de l’UMR « Littérature, idéologies, représentations (XVIIIe-XIXe siècles) » du CNRS (2011-2014).

    En 2014, il est recruté comme professeur d’Études théâtrales à l’Université Paris 8 sur le poste « Théâtre et politique ». Élu co-directeur du département Théâtre de l’UFR Arts-Philosophie-Esthétique (2014-2016), il dirige également depuis 2014 le diplôme Master « Arts du spectacle vivant-Arts de la scène » et le master « Projet culturel et artistique international ». Il crée en 2014 et dirige l’axe de recherche « Histoire, politique et socio-économie des arts, de la culture et de la création » de l’Équipe d’accueil « Scènes du monde, Création, Savoirs critiques » (E.A. 1573). Coordinateur scientifique des programmes « Création : acteurs, objets, contextes, processus » de l’Agence nationale pour la recherche (2008-2012), Martial Poirson est également Visiting professor en Cultural Studies et Performance Studies à New York University depuis 2002. Il est intervenant en politiques culturelles à l’Institut d’Études Politiques et en socio-économie de la culture à l’ESSEC.

    Spécialiste d’histoire de la littérature, d’histoire culturelle et d’esthétique théâtrale, Martial Poirson mène des travaux sur la sociologie, l’économie et la politique des arts et de la culture, une réflexion sur la philosophie et l’économie politiques depuis la fin du XVIIe siècle et des recherches sur la politique de la mémoire et du patrimoine. Sensible aux dispositifs esthético-idéologiques qui travaillent les arts, il s’intéresse à l’intermédialité entre expressions artistiques (notamment littérature, cinéma, arts plastiques, performance, muséographie), au transculturel et à l’actualité de la pensée de l’âge classique dans le monde contemporain. Il a publié plusieurs livres et dirigé plus de vingt-cinq ouvrages sur le théâtre, la littérature, le cinéma, le conte, les musées, l’économie politique, les cultures populaires, les avatars mémoriels ou le numérique. Dramaturge et commissaire d’exposition (Musée de la Révolution française, Musée de Versailles), il est soucieux d’articuler recherche scientifique, pratique pédagogique et projets artistiques. Il prépare actuellement un programme de recherche en relation avec les humanités numériques autour de l’économie de la littérature et du théâtre à l’âge classique, prolongement de ses travaux sur les liens entre art et argent du XVIIe siècle à nos jours.

    Après plusieurs années de responsabilités administratives lourdes et de coordination de projets scientifiques, il ce concentre actuellement sur des travaux d’écriture plus personnels.

     

    DOMAINES D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

     

    - Histoire de la littérature et des arts ;

    - Théorie littéraire et théâtrale ;

    - Pratiques théâtrales, spectatorielles et spectaculaires ;

    - Politique et socio-économie des arts et de la culture ;

    - Littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles ;

    - Histoire culturelle des Lumières et de la Révolution française ;

    - Humanités numériques, archives et éditions en ligne ;

    - Économie politique ;

    - Théâtre et politique ;

    - Politique des invisibles et de la diversité ;

    - Entrepreneuriat culturel.

     

    PUBLICATIONS

    (Sélection)

     

    OUVRAGES

     

    1. Spectacle et économie à l’âge classique (XVII-XVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « XVII-XXIe siècles », 2011, 617 p.

     

    2. Les Audiences de Thalie : la comédie allégorique, théâtre des idées à l’âge classique (XVII-XVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « XVII-XXIe siècles », 2013, 835 p 

     

    3. Économie du spectacle vivant, Paris, PUF, QSJ n°3967, 2013, rééd. 2016, 128 p., avec Isabelle Barbéris.

     

    4. Politique de la représentation : littérature, arts du spectacle, discours de savoir, Paris, Champion, coll. « Le dialogue des arts » n°1, 2014, 265 p.

     

    À paraître  : 

     

    5. Comédie et économie du classicisme aux Lumières, Paris, Classiques Garnier, coll. « L’Europe des Lumières » (fin 2017), 563 p.

     

    6. Théâtre en temps de crise : dramaturgie économique (1980-2016), Paris, Classiques Garnier, coll. « Études sur le théâtre et les arts de la scène » (fin 2017), 327 p.

     

    7. La Comédie-Française, théâtre musée au cœur de la création, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Beaux livres » (à paraître en 2018), avec Agathe Sanjuan.

     

    8. Manuel des études théâtrales, Armand Colin, coll. « U » (à paraître en 2019).

     

     

    DIRECTIONS D’OUVRAGES

     

    1. Amazones de la Révolution : Les femmes dans la tourmente de 1789, Catalogue de l’exposition du Musée de Versailles, Paris, Gourcuff, 2016, 200 p.

     

    2. Collectionner la Révolution française, Société d’études robespierristes, 2016, avec Gilles Bertrand, Michel Biard, Alain Chevalier, Pierre Serna, 309 p.

     

    3. La Révolution française et le monde d’aujourd’hui : mythologies contemporaines, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2014, 556 p

     

    4. Fiction et économie : représentations de l’économie dans la littérature et les arts du spectacle, 19e-21e siècles, Presses universitaires de Laval, 2013, avec Chritian Biet, Stéphanie Loncle et Geneviève Sicotte, 267 p.

     

    5. Économies du rebut : Poétique et critique du recyclage au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2012, avec Florence Magnot, 235 p.

     

    6. Ombres de Molière : naissance d’un mythe littéraire à travers ses avatars du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Armand Colin, coll. « Recherche en sciences humaines », 2012, 494 p.

     

    7. Les scènes de l’enchantement : arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVII-XIXe siècles), Paris, Desjonquères, 2011, avec Jean-François Perrin, 413 p.

     

    8. L’écran des Lumières  : regards cinématographiques sur le XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC, 2009 : 7, avec Laurence Schifano, 324 p.

     

    9. Filmer le dix huitième siècle, Paris, Desjonquères, 2009, avec Laurence Schifano, 268 p. 

     

    10. Le théâtre sous la Révolution : politique du répertoire (1789-1799), Paris, Desjonquères, 2008, 512 p.

     

    11. Les Frontières littéraires de l’économie (XVII-XXe siècles),Paris, Desjonquères, 2008, avec Yves Citton et Christian Biet, 217 p.

     

    12. Art et argent au temps des Premiers Modernes (XVII-XVIIIe siècles), Oxford, Voltaire Foundation, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2004 : 10, 341 p.

     

    À paraître  : 

     

    13. Voltaire homme de théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2018, avec Christophe Cave.

     

    14. Étranges créatures : les être merveilleux dans la littérature et les arts de l’âge classique au postmodernisme, Paris, Éditions Orizons, coll. « Comparaisons », 2018, avec Anne Defrance.

     

    DIRECTIONS DE REVUES

     

    1. Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ? Alternatives théâtrales n°133, octobre 2017, avec Sylvie Martin-Lahmani.

     

    2. Malaise dans la représentation, Hybrid,revue des arts et médiations humaines n°4, Juin 2017, avec Monique Jeudy-Ballini.

     

    3. Société de spectacle, Dix-huitième siècle n°49, juin 2017, avec Guy Spielmann, 412 p.

     

    4. Scènes de l’obscène, Revue d’histoire du théâtre, 2016-1, avec Estelle Doudet. 

     

    5. Théâtre en travail : mutations des métiers du spectacle (toujours) vivant, Théâtre/Public n°217, Juin 2015, avec Emmanuel Wallon.

     

    6. Révolution(s) en acte, Revue d’histoire du théâtre, 2015-4.

     

    7. Spectacle et allégorie, Revue d’histoire du Théâtre, 2015-1.

     

    8. La Terreur en scène : dramaturgies critiques et pratiques scéniques de l’Histoire, Études Théâtrales n°59, Louvain-la-Neuve, Printemps 2014.

     

    9. Le conte à l’épreuve de la scène contemporaine (XX-XXIe siècles), Revue d’histoire du théâtre, 2012-1 et 2, 247 p.

     

    10. Mémoire de l’oubli : aux marges du répertoire de l’Antiquité à nos jours, Études théâtrales n°44-45, Louvain La Neuve, juillet 2009, avec Tiphaine Karsenti, 176 p.

     

    11. Benno Besson, Revue d’histoire du théâtre,2009-1 et 2, avec Romain Jobez, 160 p.

     

    12. Mémoire de l’éphémère : quel patrimoine pour le spectacle vivant ? Revue d’histoire du théâtre, 2008-1 et 2, 112 p.

     

    13. Spectacle et allégorie du Moyen-âge à nos jours, Revue d’histoire du théâtre, 2015-1.

     

    ARTICLES

    Voir CV détaillé en fichier Pdf

     

    Derniers articles parus (sélection)  :

     

    Histoire de la littérature et des arts

     

    « Belles captives : esclaves blanches chrétiennes sur les scènes du théâtre français (XVII-XVIIIe siècles) » Daniel Lançon et Sarga Moussa (dir.), L’esclavage oriental et africain au regard de la littérature et des arts (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Karthala, coll. « Esclavage », 2017.

     

    « Une société de spectacle », Dix-huitième siècle n°49, Juin 2017, avec Guy Spielmann, p. 4-25.

     

    « Le spectacle est dans la salle. Siffler n’est pas jouer », Dix-huitième siècle n°49, Juin 2017, p. 311-328.

     

    « Relevons l’infâme ! Deschauffours, ombre (théâtrale) projetée de la (mauvaise) conscience occidentale », Christelle Bahier-Porte et Zoé Schweitzer (dir.), Autorité et marginalité sur les scènes européennes (XVII-XVIIIe siècles), Paris, Champion, 2017.

     

    « De quoi la violence des femmes de la Révolution est-elle le nom ? », Amazones de la Révolution, Montreuil, Alain de Gourcuff, 2016, p. 10-35.

     

    « Partie de campagne : La retraite rurale dans l’œuvre de Louis-Sébastien Mercier », Hélène Cussac et Odile Richard-Pauchet (dir.), Dix-huitième siècle n°48 : « Se retirer du monde », 2016, p. 311-328.

     

    « Faire vivre et laisser mourir : la comédie allégorique comme dispositif thérapeutique », Sophie Vasset et Alexandre Wenger (dir.), Dix-huitième siècle n°47 : « Raconter la maladie », 2015, p. 323-339.

     

    « Tristes spectacles : exhibitions fin-de-siècle », Nathalie Coutelet et Isabelle Moindrot (dir.), L’altérité dans le spectacle, le spectacle de l’altérité, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 68-81.

     

    « Avatars de Rousseau. Ambivalence du philosophe tardif dans le roman du second XVIIIe siècle », Jean-François Perrin et Yves Citton (dir.), Jean-Jacques Rousseau et l’exigence d’authenticité, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 359-378.

     

    « Le théâtre côté jardin : scénographie et dramaturgie du parc paysager dans le théâtre français du second 18e siècle », Colas Duflo (dir.), Dix-huitième siècle n°45 : « La Nature », 2013, p. 413-432.

     

    Art contemporain

     

    « Économie et écritures dramatiques contemporaines » Revue d’Histoire Littéraire de la France, 2017-2, p. 419-433.

     

    « Échos contemporains : Les femmes de la Révolution au miroir de leurs avatars », Amazones de la Révolution, Montreuil, Alain de Gourcuff, 2016, p. 161-185.

     

    « Accessoire Révolution : collectionner les avatars de sociétés contemporaines mondialisées », Collectionner la Révolution française, Gilles Bertrand, Michel Biard, Alain Chevalier, Martial Poirson, Pierre Serna, p. 185-198.

     

    « Puissance d’intranquillité des corps mis à nu. Autour de Bad Little Bubble B. mis en scène par Laurent Bazin », Alternatives théâtrales n°129 : « Ecriture et création au féminin », Juin 2016.

     

    « Les Printemps arabes à l’aune de la Révolution française : la position des intellectuels français », Pascale Pellerin (dir.), Les Lumières et la question nationale dans les pays arabo-musulmans, Paris, Classiques Garnier, 2016.

     

    « F(r)iction d’économie : l’économie érigée au rang des beaux-arts », Hybrid n°2, revue des arts et médiations humaines : « Réalités de l’illusion », 2015, 20 pages http://revue-hybrid.fr/

     

    « Museun as places for voices to resonate », Québec, Thema n°3  :« Musée et création », La revue des musées de la civilisation, Automne 2015, p. 158-167.

     

    « Theatre in crisis, theatre of crisis : Economics and contemporary dramatic writing », Cinla Akdere (dir.), Economics and Literature, Routledge, 2015.

     

    « Le spectacle vivant, secteur en mutation », Cahiers Français n°382, septembre 2014.

     

    « Le troisième âge des politiques culturelles », Cahiers Français n°382, septembre 2014.

     

    « Capitalisme artiste et optimisation du capital attentionnel », postface à Yves Citton (dir.), L’économie de l’attention : symptôme ou remède ? Paris, La Découverte, 2014, p. 267-287.

     

    « ‘Se servir d’un Rembrandt comme planche à repasser !’ : Artketing, industrie de prototype et signalétique artistique », Multitude n°57 : « Art et Valuation », automne 2014, p. 76-86.

     

    « Neuf hommes en colère : Notre terreur (2009), horizon d’attente imprescriptible d’une politique des gestes ? », La Terreur révolutionnaire sur les planches aujourd’hui, Études théâtrales n°59, printemps 2014, p. 74-91.

     

    « La politique culturelle est-elle soluble dans le néo-libéralisme ? (2007-2012) », Théâtre/Public n°207, Jan-mars 2013, « Théâtre et néo-libéralisme », p. 15-22.

     

    « L’héritage de Malraux dans l’orientation actuelle des politiques culturelles : Culture pour chacun (2010), entre captation, détournement et ambivalence », Cités n°54 : « La culture, après Malraux », mai 2013, p. 130-148.

     

    CONFERENCES

     

    Interventions régulières :

    Institutions culturelles  : Bibliothèque Nationale de France ; Château de Versailles ; France Culture ; ARTE ; Centquatre ; Comédie-Française ; Théâtre de la Ville ; Théâtre de la Colline ; Théâtre de Nanterre-Amandiers ; Théâtre de la Commune d’Aubervilliers...

     

    Médias : Concordance des temps, La Fabrique de l’Histoire (France Culture), Secrets d’Histoire (France 2), Arte, La Danse des mots (Fip), France Info…

     

    Dernières interventions  :

     

    « Molière, avatars d’une gloire nationale », France culture, Concordance des temps, Jean-Noël Jeanneney, 26 mai 2016

    http://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/moliere-les-avatars-d-une-gloire-nationale

     

    « Les femmes de la Révolution », France 2, Secrets d’histoire, Stéphane Bern, 12 juillet 2016

    http://www.france2.fr/emissions/secrets-d-histoire/diffusions/12-07-2016_495309

     

    Entretien pour le ARTE, documentaire de Priscilla Pizzato sur Cendrillon du conte aux cultures populaires, ARTE, décembre 2016

    https://www.youtube.com/watch?v=kbrxmDmUCwQ&feature=youtu.be

     

    Dernières conférences et interventions  :

     

    « Art et argent à l’ère du capitalisme artiste », Bibliothèque nationale de France, 18 mai 2017

     

    « Femmes et violence sous la Révolution », Université Populaire de Versailles, 14 novembre 2016

     

    « Assises du théâtre populaire », dans le cadre du Mois Molière, Versailles, 17 juin 2016

     

    « Théâtres de crise » Bibliothèque nationale de France, 13 janvier 2016

     

    « Métamorphoses du travail », Festival d’Avignon, Ateliers de la pensée, 7-10 juillet 2015

     

    « Marie-Antoinette, fashion victim », Château de Versailles, 7 février 2015

     

    « Théâtre et corps », Comédie-Française, 13 février 2015

     

    « Théâtre en temps de crise », Conservatoire national supérieur d’art dramatique, 16 avril 2015

     

    « Théâtre et corps », Comédie-Française, 13 février 2015

     

    « Théâtre et cinéma », Vieux Colombier, 5 juin 2015

     

    « Marie-Antoinette, icône cinématographique », Château de Versailles, octobre 2014

     

    « Vieillir au théâtre », Comédie-Française, mai 2014

     

     

    DIRECTIONS DE THÈSES EN COURS

     

    Histoire du théâtre

     

    1. Angela Braito, « Transpositions dramatiques, lyriques et chorégraphiques des Fables et Contes de La Fontaine ». Contrat doctoral (Université Grenoble 3). Inscription en 2013, interruption pour raisons de santé, soutenance en octobre 2017.

     

    2. Lisa Guez, « La Terreur révolutionnaire en spectacle dans le théâtre contemporain », inscription en 2013. Contrat doctoral (auditrice de l’ENS Ulm, Université Grenoble 3). Inscription en 2013, soutenance en novembre 2017.

     

    3. Elise Cuenot-Hodister, « Les comédiennes-auteures dans la seconde moitié du XVIIIe siècle » (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2014.

     

    4. Astrid Persyn, « Histoire des dramaturgies est-allemandes dans les années 1950 : art officiel, art critique, art partisan », co-tutelle avec l’université de Francfort avec le professeur Nikolaus Müller-Schöell (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2015.

     

    5. Guillaume Cot, « La Scène et la Loi. Étude sur les rapports entre le théâtre et l’évolution du droit pendant la période révolutionnaire française (1787-1807) » (élève de l’ENS Lyon, EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2016.

     

    Politique et socio-économie de l’art

     

    6. Valérian Guillier, « La culture comme commun : une alternative à l’Etat et au marché ? ». Contrat doctoral LABEX Arts-H2H (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2015.

     

    7. Agnès Henry, « Beyond the lands. La pratique artistique en relation à la pratique culturelle, au regard de l’évolution des droits culturels » (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2015.

     

    Pratiques théâtrales et recherche-création

     

    8. Isabelle Catherine, « Le théâtre : outil innovant au service de la relation thérapeutique patient–médecin et de l’amélioration de la prise en charge des patients au sein des établissements de santé spécialisés en cancérologie ». Cotutelle avec l’Institut Gustave Roussy, financement par la recherche contre le Cancer (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2015.

     

    9. Sarah Marchais, « Fictionnalisation du spectateur : enjeux de l’expérimentation des fictions et protocoles d’implication du spectateur dans le théâtre contemporain ». Thèse de recherche création (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2015, codirection avec Nathalie Coutelet.

     

    10. Camille Mayer, « Portrait du théâtre anarchiste de 1950 à nos jours : miroir des tensions internes du théâtre politique et militant » (EDESTA, Université Paris 8). Inscription en 2017.

     

    11. Leslie Cassagne, « Danse contemporaine et réalité « extra-chorégraphique » : vers une danse documentaire ? » (EDESTA, Université Paris 8). Cotutelle, demande de contrat ENS Ulm, inscription en 2017.

     

     

    ENSEIGNEMENTS

     

    Master 2 et doctorat. Théâtre en temps de crise (Institut national d’histoire de l’art)

    À partir d’un vaste répertoire de théâtre publié et/ou représenté depuis une quinzaine d’années, mais également de manuscrits reçus par les comités de lecture de théâtres et d’expérimentations de plateau (spectacles, performances, installations), ce séminaire envisage une traversée des théâtres contemporains francophones qui se saisissent de la crise économique, politique, sociale, culturelle ou écologique. À la croisée des arts du spectacle, des sciences sociales et de la philosophie politique, il propose la plongée dans un théâtre de crise et offre une grille de lecture du sursaut néolibéral de nos sociétés postmodernes, à l’heure du capitalisme cognitif et attentionnel, des conflits interculturels, des dispositifs insurrectionnels, des guerres civiles et des génocides. Il porte à nouvel examen le redéploiement d’un théâtre politique qui s’avoue rarement en tant que tel et revendique un art du détour, comme s’il existait une concordance entre drame de la crise et crise du drame dans le théâtre post-dramatique. Le séminaire sera ponctué par des interventions d’artistes (auteurs, dramaturges, metteurs en scène, performeurs)…

    Partenaires institutionnels  : Centre national du théâtre, Festival d’Automne, Théâtre de la Colline, Centquatre, TGP de Saint-Denis, T2G de Gennevilliers, Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, Théâtre des Amandiers de Nanterre.

     

    Master 2. Politiques culturelles et création à l’ère numérique (Centquatre et Gaité Lyrique)

    La « révolution numérique » a profondément reconfiguré le rapport au travail créateur, depuis ses modes de production jusqu’à ses modalités de réception. Alors que le capitalisme cognitif invente de nouveaux modèles d’exploitation de l’innovation et de la créativité, l’économie de l’attention expérimente de nouvelles stratégies de capture des ressources attentionnelles, dans un espace saturé par la surabondance de données et l’exigence de « visibilité » au sein des nouvelles technologies d’information et de communication. Si les « industries créatives » s’inscrivent de façon relativement naturelle (bien que problématique) dans cet environnement numérique, d’autres secteurs artistiques, tels que le spectacle vivant ou le patrimoine, doivent trouver leur voie au sein de cette configuration inédite. Alors qu’un nombre croissant d’artistes-entrepreneurs développe des stratégies d’utilisation, de détournement ou d’infiltration des virtualités créatives des cultures numériques, les politiques publiques de la culture font face aux injonctions contradictoires de ces outils ambivalents de valorisation de la création. L’observation participante des processus de création numérique de dispositifs multimédias permettra d’engager la réflexion sur les écosystèmes culturels à l’ère numérique. Elle donnera lieu à des réalisations encadrées à l’occasion d’ateliers pratiques dans les lieux de création (salles de spectacle, expositions, musées). Le séminaire articulera journées d’études et ateliers, dans la perspective d’une recherche-création.

    Partenaires institutionnels  : Théâtre de la Gaité Lyrique, lieu des cultures numériques ; Centquatre (Biennale d’art contemporain numérique) ; Arcadi ; Centre culturel international de Cerisy-la-Salle ; Festival d’Automne ; Institut national d’Histoire de l’Art.

     

    Master 1. Lieux et matériaux pour la recherche

    Point de rencontre d’un ensemble de disciplines, l’enseignement et la recherche en théâtre se définissent aujourd’hui par une pluralité d’approches qui les singularise d’autres disciplines connexes. D’apparition récente, « études théâtrales », « arts de la scène » et « arts du spectacle » nécessitent la formulation d’un cadre à la fois conceptuel et méthodologique cohérent, sans pour autant perdre la diversité de leurs approches en tant que plateforme d’interdisciplinarité. Il s’agit de situer leur émergence dans le champ des savoirs, de faire le point sur la pluralité de leurs intitulés, de les situer par rapport aux champs voisins et d’en mettre en évidence les débats, les enjeux méthodologiques, les terrains d’investigation et les prolongements possibles. Ce séminaire présentera les objets, méthodes et approches, tout en organisant des visites au sein des principaux lieux d’archives et de création et en présentant les principaux interlocuteurs de nos recherches. Il exposera également les approches développées au sein de notre département : histoire, esthétique, ethno-scénologie, socio-économie et politique de la culture. Il mettra enfin en lumière les enjeux de la recherche-création.

     

    Master 1. Politiques culturelles : Enjeux de l’environnement culturel (Coupole de la Comédie-Française)

    Conçu comme un enseignement en situation dans un lieu de création, ce séminaire a pour objectif de sensibiliser les étudiants aux statuts, fonctions et organisations du travail créateur au sein d’une grande institution théâtrale. Il accorde une importance particulière à l’« artisanat » du spectacle, par la confrontation directe avec les ateliers de réalisation (accessoires, costumes, décors), les régies (son, lumière, plateau) et les équipes artistiques (comédiens, dramaturges, metteurs en scène), afin de mieux comprendre les contraintes pratiques d’une création collective dont la réalisation repose sur la collaboration étroite entre un grand nombre d’intervenants aux formations, compétences, exigences aussi divers que complémentaires. Le séminaire se déroulera à la Comédie-Française, à la fois exception et référence des théâtres subventionnés, avec ses trois salles (Richelieu, Vieux Colombier, Studio Théâtre), ses 400 salariés répartis en plus de 40 métiers, dont une Troupe permanente soumise aux contraintes de l’Alternance et au service du Répertoire. Il s’intéressera à son histoire, ses archives et leurs modes de valorisation au moyen des humanités numériques, mais aussi au rôle qu’elle a tenu et tient encore au sein du réseau des théâtres publics.

     

    Licence 3. Les CDN de banlieue, entre résistance et renouveau : l’art d’hériter

    Ce séminaire itinérant est le fruit d’un partenariat entre plusieurs Centres dramatiques nationaux en banlieue et le département Théâtre de l’Université Paris 8. Il interroge l’histoire, le statut, les missions et les fonctions du théâtre de « service public » en banlieue issu de la décentralisation. Il établit la cartographie des nouveaux « territoires » du théâtre politique (dramaturgie, spectacle, performance, installation, création collective, dispositif immersif), en associant gens de théâtre (comédiens, metteurs en scène, administrateurs, costumiers, décorateurs, scénographes, régisseurs, responsables des publics), enseignants-chercheurs et étudiants. Chaque séance articule l’histoire institutionnelle d’un théâtre, la démarche d’un ensemble d’artistes, l’évocation d’un métier spécifique et parfois une œuvre de la programmation. Conférences, débats, rencontres et journées d’études en accompagnement du séminaire permettront, en étroitement correspondance avec les théâtres partenaires, non seulement de dresser le bilan, mais encore d’envisager le devenir, à travers les potentialités mobilisatrices et émancipatrices, d’un « théâtre populaire » dont les contours doivent être redéfinis et clarifiés à l’ère de la culture de masse.

    Partenaires institutionnels  : Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis (TGP), Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, Théâtre de Gennevilliers (T2G), Théâtre des Amandiers de Nanterre, Théâtre de Sartrouville et des Yvelines ; Théâtre de Montreuil

     

    Licence 3. Le théâtre à l’âge classique (XVII-XVIIIe siècles)

    Ce cours propose un parcours cursif au sein du foisonnement de formes dramatiques qui caractérise l’âge classique, qu’on qualifie volontiers de « théâtromanie ». A partir d’une situation précise des œuvres dans leur contexte historique, culturel, social, économique et politique, on mettra en évidence le redéploiement des formes dramatiques au contact des sujets nouveaux dont se saisit le théâtre, et partant de la vocation nouvelle qui lui est assignée. Seront tour à tour envisagées des œuvres du répertoire français et italien, mais aussi des théâtres de la Foire et des théâtres de société.

     

    Licence 2. Politiques théâtrales : histoire, bilan, perspectives

    A partir d’un panorama de l’histoire des politiques culturelles en France depuis la Seconde Guerre mondiale, nous aborderons les enjeux socio-économiques, politiques et idéologiques du spectacle vivant aujourd’hui. Démocratisation, décentralisation déconcentration, exception culturelle, diversité culturelle ou encore entreprenariat culturel feront l’objet d’une attention particulière, en comparaison avec d’autres traditions nationales. On étudiera le théâtre de service public, son fonctionnement, son infrastructure territoriale, ses missions, face aux injonctions parfois contradictoires des pouvoirs publics, à partir d’un ensemble de cas (CDN, théâtres, nationaux, compagnies subventionnées, conventionnements). On envisagera un certain nombre de scenarii possibles face à la transformation actuelle des métiers du spectacle vivant.

     

    Licence 1. La comédie, théâtre de mauvais genre. Politique du rire et des rieurs

    Dépréciée pour sa trivialité et son irrévérence apparentes, la comédie bénéficie, en tant que « genre mineur », d’une relative liberté qui en fait le champ d’expansion de la contestation sociale et politique, mais également de l’expérimentation artistique. Elle permet notamment d’interroger les formes et pratiques spectaculaires impliquant le corps et la performance, dans une perspective qui peut revêtir une dimension rituelle ou cérémonielle. Le rire, ressort comique de premier plan (théâtre, mais aussi cinéma, music-hall, café-concert, one man show), est historiquement daté et socialement construit. Son évolution à travers différentes formes scéniques atteste d’états de la conscience collective et de pratiques culturelles dont les ressorts politiques sont essentiels pour évaluer les enjeux idéologiques du théâtre comique, entre allégeance et subversion.

     

     

    PDF - 289.9 ko
    CV Martial Poirson

     

     

     

     

     

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page